Gestion durable

La diversité de typologies de haies bocagères va influencer la manière de gérer et d’entretenir le bocage. Tous les linéaires bocagers ne se « valent pas » : selon les enjeux que l’on porte, certains linéaires seront privilégiés. Il y a tout de même des éléments qui font consensus : éviter les coupes à blanc qui peuvent conduire à un arasement du talus, éviter les outils types lamier ou épareuse qui « déchiquètent » le bois et laissent des plaies qui peuvent entrainer des maladies de l’arbre, la présence de nombreuses strates et ourlets de bas de haies ou talus favorisent la biodiversité, … Autant d’éléments qui permettent de qualifier une gestion durable du bocage.
Il existe actuellement un très grand risque de disparition des haies ancienne, par manque d’entretien ou au contraire sur-entretien.

Les exploitants agricoles sont incités à réaliser des plans de gestion bocagers à l’échelle de leur exploitation, des formations sont proposés et des aides à l’entretien manuel du bocage sont proposé.

De plus, tant que le bocage restera une contrainte pour la plupart des exploitants agricoles, il sera très difficile de lutter contre son érosion. Il est important de faire connaitre les avantages de ce dernier.
Il est essentiel de sensibiliser les professionnels agricoles à la biodiversité présente dans leur talus et à l’écosystème qui s’est mis en place en mettant en avant le lien possible avec la lutte biologique des cultures.