Production hydroélectrique

Installation d’une microcentrale

En 2007, le Syndicat de Bassin de l’Elorn a décidé de lancer une étude de faisabilité pour l’installation d’une micro-centrale hydroélectrique permettant de récupérer l’énergie dissipée par la chute du barrage.

Cette décision a relancé un projet déjà étudié lors de la construction du barrage en 1980, mais non réalisé à l’époque faute de rentabilité suffisante.

Les conditions de rachat de l’énergie hydraulique, ainsi que les caractéristiques des équipements de production disponibles sur le marché ayant évolué, et la gestion hydraulique de la retenue étant mieux connue, une étude de faisabilité et de rentabilité a été réalisée en 2007.

ETUDE DE FAISABILITE

Cette étude a débouché sur un projet original, basé sur deux groupes turbines totalisant une puissance de 150 kW :

  • une turbine principale de 130kW, de type FRANCIS, turbinant des débits variables suivant la gestion du barrage, sur la hauteur de chute maximale de 24,5 mètres retenue pleine, avec un débit nominal de 700 litres par seconde.
  • un groupe secondaire, constitué de deux turbo-pompes placées en parallèle et turbinant chacune un débit de 125 litres par seconde, pour une puissance totale de 25 kW avec une hauteur de chute de 14,5 mètres ; ces petites turbines fonctionnant à débit constant sur la canalisation de fourniture d’eau à la pisciculture PEIMA située à l’aval immédiat du barrage.

ETUDE D’INCIDENCE

Du fait des contraintes d’installation liées à la continuité de gestion du barrage (qui conserve son rôle premier de soutien d’étiage) et aux travaux de raccordement au réseau électrique, les travaux d’installation de la microcentrale ont été réalisés sur l’année 2009.

DIAPORAMA CONSTRUCTION

Suite à la réalisation des travaux de raccordement au réseau ERDF, la mise en route de la microcentrale a été effectuée en deux temps :

  1. la turbine principale a été couplée au réseau fin 2009 ; du fait d’une bonne maîtrise des pertes de charge, sa puissance maximale s’est avérée supérieure aux prévisions, soit 139 kW ; une telle puissance correspond à une production journalière de 3 300 kWh.
  2. les deux petites turbines ont été mises en route en janvier 2010 ; leur puissance s’est par contre avérée inférieure aux prévisions du fait de pertes de charges importantes ; le problème a été résolu en mars 2011 avec la pose d’une nouvelle conduite d’alimentation de la pisciculture PEIMA.

BILAN TRAVAUX D’INSTALLATION

La production hydroélectrique

Suite à une très bonne première année de production en 2010 (687 MWh), liée à un hiver pluvieux, les années suivantes ont été variables en fonction des conditions hydrologiques.

Après 2 années 2015 et 2016 très moyennes, l’année 2017 a été particulièrement peu productive (340 MWh), du fait d’un hiver et d’un printemps particulièrement secs, ayant même empêché le remplissage complet de la retenue. La production de la turbine principale a été inférieure de moitié à la valeur normale.

Au 1er janvier 2018, depuis sa mise en route, le fonctionnement de la microcentrale représente :

  • une production de 4,5 GWh (millions de kWh) ;
  • 388 tonnes équivalent pétrole (1 GWh = 86 Tep), et 1 533 tonnes de CO2 évitées (sur la base de la production moyenne européenne de 340 g/kWh) ;
  • la consommation annuelle d’environ 112 maisons de 100 m2 aux nouvelles normes (50 kWh/m2/an).
Courbes de production annuelles de la microcentrale